Laval Virtual 2011

Blog

Du 6 au 10 Avril 2011 ont eu lieu les 13èmes rencontres internationales de la réalité virtuelle et des technologies convergentes : Laval Virtual.

Plusieurs exposants se sont retrouvés pour échanger et faire découvrir leurs nouveautés en mettant en avant cette année trois pôles : l’industrie, l’urbanisme et l’événementiel.

Dépassant la Wiimote, la Kinect de Microsoft, grande star de cette année auprès des exposants, va remplacer les autres modes de tracking. De nombreux projets étudiants vont l’utiliser. Le projet Picnic Defense de l’Ecole Polytechnique de Montréal capte les mouvements de pied pour simuler des écrasements d’insectes. Les Arts & Métiers Paristech, avec Kinectoon, ont développé un jeu captant les mouvements de la main pour commander un vaisseau.

Les exposants professionnels ont également trouvé en la Kinect un moyen robuste de captation de mouvement à peu de frais, avec peu de contrainte d’interface.

Le CEA-List l’utilise dans l’apprentissage de gestes techniques : le corps entier de la personne est capté et les données sont utilisées pour contrôler un avatar virtuel dans un environnement industriel.

Clarté, avec son nouveau dispositif de présentation immersive portative, va l’utiliser pour se promener dans un environnement virtuel.

L’INRIA, par la Kinect  repére la position de la main pour contrôler des « fleurs robots » semblant étrangement vivantes.

Du coté de la stéréoscopie, Immersion crée une table tactile qui permet à deux utilisateurs munis de lunettes de voir en relief avec deux points de vues différents.

La société Abprod expose des écrans allioscopiques avec une table tactile pour visualiser et contrôler des objets. Toujours dans le souci de ne pas utiliser de lunettes, l’utilisation de la « IBorne »  permet de présenter un objet qui apparait par jeu de miroirs dans l’espace de présentation.

La réalité augmentée, toujours aussi innovante, était cette année encore omniprésente sur le salon :

Du coté software, la société récente Ayotle, développe un logiciel capable de détecter et retranscrire les mouvements du visage sans marqueur.

Digiteyezer, réalise une application de scanner 3D pour grand public IFace3D qui, pour trois euros, scanne une tête en quelques secondes. Celle-ci est ensuite  facilement exportable vers d’autres plateformes.

Du coté hardware, la société Laster Technologies font tester leur lunettes « see-through » pour un jeu avec marqueurs.

La robotique et la mécanique rendent les interfaces plus proches de l’homme :

Haption expose son exosquelette de 7 axes pour la simulation d’environnement virtuel avec retour d’efforts.

Acroban, le robot humanoide de l’INRIA étonne par sa recherche d’équilibre.

L’école ISTIA(école d’ingénieurs de l’Université d’Angers en Génie des Systèmes Industriels) montrent un système robuste et fluide de retour d’effort à 6 degrés de liberté par un système de câbles (spidar).

Les laboratoires Disney, ont présentés leur œil animatronique capable de reproduire les mouvements de l’iris humain. Leur  zootrope interactif, réagissant en fonction des paroles prononcées, est également impressionnant. Le zootrope est une technique inventé dans les années 1850 pour permettre d’animer des objets à l’aide d’un stroboscope.

Notons, cette année la présence des VRGeek, association qui a pour but de créer des systèmes et expériences de Réalité Virtuelle immersive, ludique ou artistique tout en étant facilement accessible.

Comme chaque année, les exposants japonais amènent beaucoup d’originalité :

L’université de Design Média de Keio présente une installation artistique : “Sound forest” permettant de “sentir” le son et de mieux appréhender l’espace.

Le Centre d’Interaction de Tokyo, présente une nouvelle façon de communiquer dans les cafés avec des tables dotées d’un trou de serrure qui incitent à voir ce qui s’y passe. En tapant du poing sur la table on fait apparaitre un petit personnage virtuel.

L’université d’Electro-Communications invente un moyen de se faire des câlins à soi-même par une veste qui va retransmettre les pulsions et caresses que l’on donne à un mannequin rempli de capteurs.

Le laboratoire d’Ishikawa de l’unviversité de Tokyo, développe une technologie capable de déplacer les ondes sonores vers un objet à distance, qu’il soit en mouvement ou non. Il devient ainsi possible de téléphoner avec une banane comme présenté sur le salon.

Un colloque scientifique, ayant lieu en parallèle du festival, est organisé avec des sujets tels que : les écrans immersifs du futur, les arts visuels, les nouvelles interfaces haptiques pour la télé-présence, la télé-opération et les environnements collaboratifs.

Une compétition d’étudiants est ouverte à de grandes écoles ou universités venues des quatre coins du monde. Ils présentent leurs projets réalisés au cours de l’année dans un espace dédié pendant toute la durée du salon.

Une compétition en temps limité est également organisée. Pendant une durée de 30 heures,  des équipes sont mises au défi de développer une application interactive en 3D sur un thème imposé. Elles ont pour seuls outils, une Wiimote, des briques de lego et une webcam.

Le 7 Avril, un jury d’expert a décerné les prix étudiants ainsi que des prix sur différents thèmes : Pour plus de détails sur les gagnants:

http://www.laval-virtual.org/#Awards-Winners%202011

http://www.laval-virtual.org/#Virtual%20Fantasy-Winners%20Demos%202011

Publicités

3 réflexions sur “Laval Virtual 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s